Christo and Jeanne-Claude: The Pont Neuf Wrapped, Paris, 1975-85 Photo: Wolfgang Volz. ©1985 Christo + Wolfgang Volz

Impressionnée par l’emballage du Pont Neuf, touchée par la lumière du coucher de soleil se reflétant sur le tissu doré j’ai voulu en savoir plus, près de 35 ans plus tard, en allant voir, au Musée du Centre Pompidou, l’exposition « Christo et Jeanne-Claude Paris ! ».

Cette œuvre artistique éphémère avait fait couler beaucoup d’encre dans les journaux et alimenté des débats passionnés… Je n’avais pas mesuré, à l’époque, l’engagement de ce couple d’artistes, sa détermination et surtout la liberté non négociable qui portait ce projet incroyable.

Durant la visite de cette exposition et la vision du documentaire associé, j’ai identifié quatre principes forts qui ont permis à Christo et son épouse de réussir ce qui paraissait impossible.

J’ai pensé qu’ils pourraient inspirer les lecteurs de cet article qui se sentent bloqués dans un projet de vie pro/perso qu'ils pensent fou ou impossible !

1 – Avoir de grands rêves

Les germes de ce projet monumental étaient déjà présents dans les premières œuvres de l’artiste qui n’ont pas toujours été bien accueillies. Christo teste, visualise, ose et avance dans sa création artistique singulière…

La seule façon d’atteindre ses rêves c’est de ne pas les réduire !

C’est pourquoi, je demande aux personnes que j’accompagne d’oser me dire ce à quoi elles aspirent sans jugement. Même si c’est fou, même si cela semble impossible, les rêves secrets poussent de l’intérieur, s’incarnent dans une vision qui tracte le projet et font vibrer une vie.

2 – Préparer c’est déjà agir dans le projet

10 ans de préparation pour une œuvre éphémère de 14 jours… !

C’est le temps qu’il a fallu pour obtenir les autorisations, construire les plans, la maquette, faire tisser les 40 876m² de tissu cousu pour épouser les formes de l’arche, l’embauche de divers corps de métier dont des hommes grenouilles et des alpinistes pour déployer la toile qui recouvre le pont, tout cela sous la direction de Christo et son épouse qui coordonnent l’ensemble du projet.

Le projet vibre déjà durant la préparation et donne de l’énergie.

C’est pourquoi je suis attentive aux toutes premières actions posées par les personnes, de 40 ans et plus, qui me sollicitent. La #vitesse d’implémentation montre qu’elles vivent le projet et créent un cercle vertueux dynamique. Les peurs se dépassent, la perception évolue et la trajectoire se précise. Cette énergie alimente la détermination nécessaire pour conduire le projet jusqu’au bout.

3 – Financer soi-même son projet pour rester libre et responsable

Christo et Jeanne-Claude, son épouse, s’organisent pour s’autofinancer et garder la liberté de créer comme ils l’entendent. Ils vendent les dessins de Christo qui prennent de plus en plus de valeur devant l’audace de ses projets artistiques.

Se donner les moyens de faire vivre son projet donne l’audace d’être soi !

C’est pourquoi, je mesure l’engagement des personne que j’accompagne à leur façon de se donner les moyens de réussir. Autofinancer son projet à toutes les phases montre qu’on est déjà aux commandes de sa vie, 100% responsable du résultat et libre d’être soi ! Cela donne une source d’énergie inépuisable !

4 – Prendre le temps d’expliquer et convaincre

Christo et Jeanne-Claude ont rencontré des élus, des personnes influentes, les commerçants et habitants du quartier parisien du Pont Neuf pour leur expliquer et les faire adhérer à ce projet incroyable. Ils avaient besoin de l’aide de tous pour faire voir le jour à  cette idée originale qui pouvait surprendre voire choquer.

La pédagogie auprès des personnes impactées est indispensable.

C’est pourquoi, j’apprends aux personnes qui construisent leur projet en ayant choisi mon accompagnement, à réaliser un travail d’influence indispensable auprès de leur environnement professionnel (réseau, hiérarchie, collègues…) et/ou personnel (famille, conjoint ou partenaire, amis…). Il s’agit, en restant d’abord fidèle à ses valeurs, de faire comprendre le projet de l’intérieur pour trouver appuis et soutiens. 

Pour terminer, je souriais en sortant de cette exposition. Mes premières réalisations qui m’ont conduite là où je suis aujourd’hui, n’étaient pas à la mesure de mon ambition. Oui, je souriais avec tendresse à mon passé, car en regardant les premières œuvres de Christo, je n’étais pas emballée (sans jeu de mot) or, il fallait oser à l’époque (1958-1964) … ! C'est grâce à elles que ce projet artistique fou, qui a réjoui et ébloui tant de personnes, a pu être réalisé.
Nota Bene :
Si vous visitez cette exposition ne ratez pas le documentaire des frères Albert et David Maysles qui a nourri ma réflexion. Il était prévu que Christo emballe l’Arc de Triomphe à l’automne 2020, il y pensait déjà dans les années 60. La Covid a repoussé le projet. Puis Christo est mort fin mai 2020 à New York. Ce projet sera réalisé en son hommage en septembre 2021.