Aujourd'hui, l’impact des réseaux sociaux sur la vie professionnelle n’est plus à démontrer. L’amplification de ce phénomène va se poursuivre à l’avenir comme dans le reste de la société. Et pourtant, une population qui se perçoit comme « jeune » encore, les quadras, éprouve des difficultés à trouver ses repères, à comprendre ce qui s’y joue réellement. Un pan important de la communication est en train de changer ; conséquence de l’utilisation de ces nouveaux outils. Or, beaucoup de quadras regardent cela de l’extérieur, un peu méfiants aussi, sans envisager les implications directes, qui se jouent déjà dans leurs relations professionnelles avec les vingt-trentenaires et dans leurs difficultés à se projeter dans leur avenir professionnel.

Quadras et quinquas : même combat

Les quadras comme les quinquas ne sont pas nés avec les réseaux sociaux. Comme eux, ils ont été formés par des personnes des générations précédentes qui ne connaissaient pas non plus les réseaux sociaux, et même s’ils sont geeks, à l’aise avec l’informatique, la logique des réseaux sociaux leur échappe car elle n’a rien à voir.

La majeure partie des bloggeurs, vloggeurs (vidéo blog) qui sévissent sur Facebook, Instagram et autres réseaux ne connaissent pas ou peu l’informatique et la programmation. Ils sont par contre des champions du webmarketing ce qui crée d’autres comportements dans le business.

Pas à l’aise avec les réseaux sociaux, ils en ont peur et portent un regard inapproprié et inadapté qui renforcent ces peurs.

Et le temps passe…

…et ils ne s’y mettent toujours pas, agrandissant le fossé qui les séparent des jeunes générations qu’ils ne sont plus. J’ajouterai même qu’ils les comprennent de moins en moins… pensant en toute bonne foi être au fait.

C’est d’autant plus difficile à la quarantaine de découvrir qu’on est le vieux de quelqu’un alors qu’on se représente intérieurement comme jeune…

L’accélération des évolutions dans les réseaux sociaux augmentent les incompréhensions. Par méconnaissance, ces quadras-quinquas peuvent même prêter des intentions, des défauts à ces plus jeunes que ceux-ci n’ont pas.

On regarde toujours les autres avec sa vision du monde. Ce qui n’y entre pas nous choque et on juge.

Se plonger dans les réseaux sociaux

De mon côté, depuis  un an, j’utilise les réseaux sociaux et le web marketing pour ma communication business.

J’ai eu peur au début, me suis inquiétée pour des actions finalement anodines et vite oubliées dans la masse d’informations qui circulent.

J’ai eu la chance après quelques recherches de trouver un pro du web qui m’a formée et accompagnée avec son équipe dans mes premiers pas. Avec le recul, je comprends qu’il a surtout accéléré mon changement d’état d’esprit pour oser m’aventurer sur les réseaux sociaux qui n’ont rien de très compliqué en fait. Cet écosystème qui a, lui aussi, ses codes à comprendre.

L’utilisation d’un outil influence les relations

A force de :

  • « liker », commenter, masquer un commentaire agressif, bloquer un internaute désobligeant, refuser ou retirer d’une liste quelqu’un qui n’est pas votre ami, ouvrir ou pas ouvrir un post ou un mail etc etc…
  • poster une vidéo imparfaite, attendre une réaction à un article peaufiné qui me semble profond et de voir qu’il n’a aucun succès alors qu’un autre plus superficiel rencontre plus de lecteurs et de likes…

j’ai pris du recul.

L’ampleur des possibilités relationnelles des réseaux sociaux installe une distance qui modifie les relations avec l’entourage. La multitude de réactions diverses rend plus apte à relativiser.

Mes peurs sont tombées et je ne dramatise plus certaines propos ou façon de faire qui pouvaient me surprendre voire me choquer, il y a un an sur le net. Je suis devenue plus directe. Aujourd’hui, je me dis :

ce n’est pas grave, tu cliques, tu fermes ce n’est pas un problème. Et je ne m’en porte pas plus mal…

Je ne suis pas une spécialiste du cerveau mais je pense qu’à force d’utiliser ces nouveaux modes de communication, ils influencent notre communication verbale et non verbale.

Est-ce un mieux ou un mal ? Un bien ou non ? Mon propos n’est pas de me positionner sur ce plan. Je souhaite simplement accompagner les prises de conscience multiples concernant les évolutions techniques d’aujourd’hui (ou demain) et leurs impacts sur notre communication et nos relations professionnelles.

Notre interdépendance en fait un des enjeux cruciaux de l’avenir professionnel des quadras voire des quinquas.

Ne pas rater le train qui est déjà en marche…

Inviter les quadras à découvrir, avec plaisir, curiosité et bienveillance, la communication à travers les réseaux sociaux est une nécessité car cela va vite, très vite… Expérimenter sereinement les réseaux sociaux pour comprendre le monde d’aujourd’hui et celui de demain fait partie du maintien de son employabilité comme de la préparation de son avenir professionnel.

En regardant les réseaux sociaux avec méfiance, parfois avec un a priori idéologique, les quadras se coupent d'une compréhension des relations professionnelles d'aujourd'hui et surtout de demain. Or à la moitié de leur vie professionnelle, ils se doivent d'être présents pour leur avenir professionnel.

Si vous avez besoin de soutien pour oser vous lancer dans cette aventure des réseaux sociaux, demandez une session diagnostic gratuite par téléphone d'une durée de 30 minutes en cliquant sur le bouton ci-dessous...